AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
★ one million stars ★
in laurels since : 03/03/2018
textos reçus : 18
faceclaim : benjamin eidem (tyrell).
pseudo (prénom) : sliders.
age : vingt-sept ans.
civil status : plus ou moins enchaîné à kena wagner, suivant leurs humeurs.
studies/job : avocat junior, spécialisé en droit de la presse.

MessageSujet: ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)   Sam 3 Mar - 21:19



caden hoyt
It's not that he's locked in his own little world, it's that he doesn't see much that interests him in this world either.
crédit @lifeonsundays + dennis lehane.

identification complète. Caden Jameson-Hoyt ; il n'utilise que le matronyme, ce qui a été sa première décision de majeur. lieu et date de naissance. Tacoma, dans l'état de washington, le 6 mai 1990. âge. vingt-sept ans. boulot. Diplômé de l'université de Columbia, il est avocat junior depuis quatre ans, spécialisé en droit de la presse. situation familiale. Fils-à-maman, il a l'allure manigancée du gendre idéal mais pas de beaux-parents, un père absent et une demi-soeur (négligée) avec lui, de l'autre côté du globe statut. On prétend que Caden n'a pas de coeur, même lorsque Kena accepte de le reprendre ou qu'il se lasse de l'ignorer. finances. $$$$$. orientation sexuelle. Hétérosexuel, la plupart du temps ; il n'incline pas vraiment pour ceux de son sexe, mais c'est arrivé et, s'il n'en fait pas un secret, ce n'est pas notoire. plus grande qualité. Persévérant. plus grand défaut. Artificiel.

zodiac bundy cullen manson

prénom (ou pseudo) sliders. + tu viens d'où france. + où as-tu trouvé le forum? sur bazzart. + tu es (x) un inventé - () un prélien - () un scénario.

le bûcher des vanités
Propre sur lui, brushing et noeud de cravate étudiés, Caden ne laisse rien filtrer et pas de place à l'imagination sur qui il est. Bankable, il vend une apparence et un style de vie, à sa clientèle et aux autres. C'est un foutu flambeur. Il ne gagne pas d'argent pour le compter. Il aime les jolies choses, et plus elles sont futiles plus elles lui plaisent. Investir, et s'offrir un appartement ? Ça n'a pas de sens. Une enfance nomade (sa mère est une experte des fusions-acquisitions, elle parcourt le pays et le monde pour démanteler des entreprises en faillite et faire gagner de l'argent à des multinationales) lui ont montré la liberté de n'appartenir à rien ni à personne, et il ne conçoit pas réellement qu'on puisse s'attacher à un lieu, ou à des choses. Il n'y a que le plaisir qu'on peut prendre à traverser cette vie, et il dépense l'essentiel de ce qu'il gagne dans la face publique qu'il présente. Jouisseur et jeunesse plaquée or, si Caden est ce qu'il consomme, c'est une jaguar tape-à-l'oeil dans un costume sur-mesure. + Il aime la photographie, et la magie des instants figés. Son père la lui a apprise lorsqu'il était petit, et qu'ils vivaient à deux endroits distants du monde. C'est ainsi que Caden a appris à aimer un père qu'il n'a jamais vraiment connu, via des images de lui, dans les rues crasses, le sable ensanglanté, entre les tirs de mortier et les silhouettes brumeuses. Il était reporter de guerre, et ça a forgé un certain orgueil chez le garçon. Il a adoré raconter tous ces exploits, et tout ce courage. Ce n'est que plus tard qu'il a appris l'amertume. Paradoxalement, Caden a continué à aimer ces photos. Il aime leur inventer des histoires, à ces gens, une vie qui lui plait et qui ne dépend que de ce qu'il veut. Il aime faire mentir ces visages tantôt familiers tantôt inconnus. + Le cabinet qui l'a engagé a très bien compris qu'en plus d'être compétent et un bosseur, c'est une belle gueule à qui on donnerait volontiers le bon Dieu sans confession. Et c'est donc le très joli, et très juvénile, vernis des avocats seniors. Éduqué, avenant, il est conscient des codes et de la mince frontière entre la séduction et le tapin. Il piétine très bien cette frontière. + Elle s'appelait Sybil, et ils avaient vingt ans. Ils se sont aimés quatre ans durant, et ils se seraient mariés si elle n'était pas morte en 2014. C'est sagement que Caden a fait son deuil. Il n'en parle jamais et n'entretient personne des dommages que ça fait à son être. Il sait seulement qu'il est soulagé : il l'a déjà vécue, sa chance unique, sa plus belle histoire, l'amour absolu ; c'est derrière lui et il n'a plus besoin de cavaler après. + Il n'a pas le temps pour les livres, ou la culture en général. C'est idiot, puisque trois pans de murs de son appartement sont couverts de livres, du plancher au plafond. Son bureau est tout aussi bien décoré, dans une version plus juridique. Car Caden attache beaucoup d'importance à l'esthétique des ouvrages alors qu'il est entièrement connecté, et plongé en permanence dans l'urgence numérique. Le droit de la presse, c'est d'abord la presse moderne, faites de sites internet et d'applications, de diffamation sur twitter et de néo-journalistes sur des blogs. + Il a une demi soeur qu'il ne connait pas, et qui vit avec leur père. Des années après avoir appris son existence, Caden n'a toujours pas pardonné, bien que ses parents aient renoncé à divorcer. Il faut dire qu'ils s'étaient mis à coexister (à des milles de distance l'un de l'autre) longtemps avant cette naissance et que l'entente, quoi qu'obtenue de guerre lasse, convient aux deux parties. C'est un statut quo que leur fils a toujours refusé, avec cette sale saveur d'abandon. Non seulement ça ne correspond pas à son idée du mariage, et de l'amour, mais il sait la blessure profonde que l'absence d'un époux a infligé à sa mère. + Après des études brillantes, on n'a pas forcément compris que Caden vienne s'enterrer à Laurels, dans le Montana. Sa mère aurait pu lui trouver une place dans n'importe quel trust de son choix, au lieu de quoi il s'est installé tout près de leur résidence d'été, parce que Sybil le voulait. +

Si tu avais l'occasion d'anéantir ton pire ennemi, le ferais-tu ? Probablement pas. Caden n’est pas vindicatif, sauf dans sa sphère professionnelle. Là, il aime mettre à genoux le moindre de ses adversaires – beaucoup pour le plaisir sublime de gagner. Pour le restant, on s’accorde à dire qu’il est, derrière son masque plastique, bourgeois et doucement salaud, un bienveillant et qu'il n'a pas le coeur à entretenir des guerres et l'énergie de se cultiver des ennemis. On a tous des secrets, jusqu'où irais-tu pour protéger les tiens ? Caden n’a pas de secret mortel mais l’art de nourrir le mystère. Parce qu’il parle peu de lui, quand l’on fait bien attention à ce qu’il dit. C’est difficile, car Caden est un exubérant, un dévoreur de vie, un ultra sociable, qui feint assez bien d’être perméable et ouvert sur le monde, alors qu’il retient tout pour lui, aussi jaloux que si ses viscères étaient un trésor. À voir ses fragments dévoilés de ci de là, il en ressent de la faiblesse, une vulnérabilité qu’il protégerait, elle, à tout prix. Cela étant, il a une morale très acceptable, et rien à cacher qui mérite qu’il ment. En fait, Caden ne ment jamais. En revanche, il élude… ça, il le fait ô combien. As-tu déjà été persécuté par quelqu'un ? À l’école et en société, Caden a plutôt eu le bon rôle, et parfois le mauvais : celui de despote, le nanti qui se targue de quelque privilège et en fait payer l’absence à tous les autres. Ce n’était pas non plus le genre qu’on assaille sans être certain qu’il va répliquer (quand sa mère ne se chargeait pas d’aborder le conseil d’administration ou de téléphone au recteur). Bien protégé, il n’était pas non plus bourreau, ou alors celui qui s’ignore. Rendu à l’âge adulte, et baigné dans le monde douloureux du juridique, on ne s’amuserait pas à le persécuter sans que Caden ne fasse ouvrir douze procédures différentes.

Code:
<taken>benjamin eidem</taken> ≻ <name>caden hoyt</name>


Dernière édition par Caden Hoyt le Dim 4 Mar - 16:05, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
★ one million stars ★
in laurels since : 03/03/2018
textos reçus : 18
faceclaim : benjamin eidem (tyrell).
pseudo (prénom) : sliders.
age : vingt-sept ans.
civil status : plus ou moins enchaîné à kena wagner, suivant leurs humeurs.
studies/job : avocat junior, spécialisé en droit de la presse.

MessageSujet: Re: ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)   Sam 3 Mar - 21:19

started from the bottom, now we're here
Le bras replié contre sa poitrine, Emilia hoyt se redonne contenance. Elle est toujours bouleversée par le flegme de son fils. Il n'a même pas trente ans, et il lui ressemble beaucoup. Les meilleurs côtés et les pires : l'arrête du nez, la commissure des lèvres relevée, le regard impénétrable, et cette posture, aussi raide qu'elle est exigeante. Sur la photographie, il se tient à côté de la mère de Sybil. Evelyn est une belle femme, et présume de la beauté de son enfant. Son visage est pourtant renversé de tristesse. Le deuil rehausse la finesse et la régularité de ses traits. Mais Emilia ne distingue que Caden. Dans son costume noir, impeccable et brossé, elle voit le marié qu'il aurait fait s'il n'avait été amputé de sa fiancée. Alors son regard glisse sur le cercueil en noyer, qu'on distingue mal à la périphérie du cliché. À bas des tréteaux, une débauche de fleurs et de couronnes dit qu'elle était aimée, et qu'elle était trop jeune. Le cortège s'y presse, silhouette après silhouette, une rose dans chacune des mains et des pétales répandus tout autour. Emilia se souvient bien de son fils qui remonte l'allée et qui s'accroupit ; elle se souvient l'avoir vu avaler sa salive, presser les lèvres et laisser vaincre sa résignation. Elle ne s'était pas expliquée qu'il soit si adulte, si conscient et si calme. Son fils est particulièrement beau, sur cette photo, et, inexplicablement, Emilia est dévorée par le chagrin. Des années après, cette vision lui procure le même long sanglot. « Qu'est-ce que tu fais ? » Imperceptiblement, ses doigts se referment sur le papier. Comme la surprise peine à se dissiper, elle ne relâche pas tout de suite la pression. « Tu savais qu'ils prenaient des photos ? » Caden se découpe dans l'embrasure, le long couloir de l'appartement dans son ombre. Il n'entre pas vraiment dans le salon, les billes qui vont et viennent de sa mère à l'image qu'elle tient. « Non, il répond lentement. » À son regard figé, elle devine qu'il est contrarié de cette trouvaille, mais n'en glisse pas un mot. Il n'a, à vrai dire, rien à cacher, et surtout pas elle. Il n'est que passablement fâché qu'elle n'ait pas perdue l'habitude de le surveiller comme s'il avait toujours cinq ans et que sa chambre n'était qu'une pièce de leur maison. « Un photographe a voulu se faire de l'argent avec un fait divers local. » Il retient un haussement d'épaules, dont sa mère lui sait gré. Cette attitude la débecte, mais moins que de le voir filer jusqu'à la cuisine – un petit espace ouvert sur le restant du loft. « Un café ? » Emilia fait non de la tête, parfaitement immobile. « Evelyn me l'a donnée, poursuit Caden en attrapant un mug dans lequel il se renverse le liquide amer et fumant. Elle a dit que Sybil l'aurait aimée. » Soit il ne se souvient pas de quand, soit il le cache sciemment. Sa mère, disposée à lui épargner la fouille, ne demande pas. « Et je suis d'accord, il conclut en doublant le comptoir. » Comme si la conversation ne l'affectait jamais, il s'installe dans le fauteuil qui affronte la fenêtre, et il ne la regarde plus. Doucement, armée de soins certainement disproportionnés, Emilia replace la photographie où elle l'a trouvée. « Alors pourquoi tu la caches dans un tiroir ? » Elle va s'asseoir sur le sofa. « Parce que ça m'appartient, il réplique platement. » Ce n'est pas une vérité que l'on peut refuser. La mère est une femme implacable et, néanmoins, elle ne proteste pas. On ne peut pas reprendre Sybil à Caden. Elle craint seulement que la réciproque ne soit vraie... « Alors, dégourdit-elle la conversation. Tu viendras ? » Pour la première fois, son fils sourit – quoi que ce ne soit qu'aimablement. « Oui. Je viens d'avoir mon responsable au téléphone. » Elle acquiesce avec un certain plaisir. La réception organisée dans la résidence secondaire des Jameson-Hoyt est prévue de longue date, mais elle n'avait pas encore trouvé le temps de lui forcer la main. « Papa sera là ? » L'expression d'Emilia, qui s'était figée sur le souvenir de Sybil, se transforme en un masque solide, et rigoureux. « Oui. » Elle hésite. « Peut-être. » Elle ne sait pas ce qui est pire : que Caden espère qu'il soit là ou qu'il préfère qu'il ne le soit pas. Et il ne l'éclaire pas un seul instant. « Est-ce que tu restes un peu en ville ? il demande avec une fausse distance. Ou est-ce que tu es venue pour fouiller mes tiroirs ? » Mère et fils échangent un sourire oblique.



Dernière édition par Caden Hoyt le Sam 3 Mar - 23:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)   Sam 3 Mar - 21:22

ta plume, le pseudo, l'avatar
j'suis in love là
Revenir en haut Aller en bas
avatar
★ one million stars ★
in laurels since : 03/03/2018
textos reçus : 18
faceclaim : benjamin eidem (tyrell).
pseudo (prénom) : sliders.
age : vingt-sept ans.
civil status : plus ou moins enchaîné à kena wagner, suivant leurs humeurs.
studies/job : avocat junior, spécialisé en droit de la presse.

MessageSujet: Re: ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)   Sam 3 Mar - 23:41

@Ruby Rothschild Merci beaucoup. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
★ one million stars ★
in laurels since : 03/03/2018
textos reçus : 40
faceclaim : matthew @dandelion
pseudo (prénom) : baltic #léa
multinick : --

age : 48 -holy shit
civil status : married to a ghost
studies/job : seriously in love with dead people, undertaker and gravedigger like dad, and the dad of his dad, and the dad of the da-

MessageSujet: Re: ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)   Sam 3 Mar - 23:42

rien à rajouter
à mon vdd
c'est tout parfait
bienvenue    


Dernière édition par Lester McManus le Mer 7 Mar - 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
★ one million stars ★
in laurels since : 03/03/2018
textos reçus : 33
faceclaim : sophie skelton, freesia.
pseudo (prénom) : maclean. (ja)
age : twenty six. (07/03)
civil status : on-and-off with caden - pain in the ass - hoyt. should learn to love herself first.
studies/job : general practitioner and pediatrician, doctors without borders active member.

MessageSujet: Re: ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)   Sam 3 Mar - 23:52

je veux pas faire la nana qui marque son territoire, mais hey
la plume, la fiche, le personnage, le lien, tout


_________________
-- making fun of someone you're angry with is childish. be an adult, and hit them with your car.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
★ follow the lights ★
in laurels since : 04/11/2017
textos reçus : 385
faceclaim : natalia dyers@thinkky
pseudo (prénom) : poppies, lou
multinick : brookelle, la belle arnaqueuse

age : le cap de la vingtaine approche
civil status : comme si les soucis actuellement présent ne suffisaient pas
studies/job : serveuse au diner du coin

MessageSujet: Re: ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)   Dim 4 Mar - 2:18

bienvenue par ici

_________________

one, don't pick up the phone, you know he's only calling cause he's drunk and alone. two, don't let's him in, you have to kick him out again. three, don't be his friend, you know you're gonna wake up in his bed in the morning and if you're under him you ain't getting over him.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onyourgrave.forumactif.com
avatar
★ one million stars ★
in laurels since : 03/03/2018
textos reçus : 18
faceclaim : benjamin eidem (tyrell).
pseudo (prénom) : sliders.
age : vingt-sept ans.
civil status : plus ou moins enchaîné à kena wagner, suivant leurs humeurs.
studies/job : avocat junior, spécialisé en droit de la presse.

MessageSujet: Re: ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)   Dim 4 Mar - 9:37

Merci beaucoup I love you On tâche de faire parfait comme Caden... Arrow

@Kena Wagner C'est toi la ()
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
★ the future is female ★
in laurels since : 10/01/2018
textos reçus : 269
faceclaim : cindy kimberly, neon cathedral.
pseudo (prénom) : wild thoughts. (ethanie)
multinick : sassy rhéane.

age : nineteen. curious coincidence. if only she knew.
civil status : what's that ? wtf ? are you kidding ? i suppose, i hope.
studies/job : high school queen, her crown on the floor.

MessageSujet: Re: ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)   Dim 4 Mar - 10:34

trop de perfection here.
bienvenue à la maison,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ the city lights are blinding ★
in laurels since : 03/03/2018
textos reçus : 323
faceclaim : ...
pseudo (prénom) : ...
multinick : ...

age : ...
civil status : ...
studies/job : ...

MessageSujet: Re: ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)   Dim 4 Mar - 14:22

Bienvenue à toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
★ the city lights are blinding ★
in laurels since : 12/01/2018
textos reçus : 177
faceclaim : barrueco ©balaclava (signature by ©astra)
pseudo (prénom) : oxymore (aaron)
multinick : none

age : twenty-five years old
civil status : single
studies/job : waiter at laurels road diner

MessageSujet: Re: ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)   Dim 4 Mar - 14:41

welcome dude, j'adore ta plume ! y'a quelque chose de très chilling qui se dégage de ton personnage, j'aime

_________________

b l a c k b e a u t y

you have no room for light,
love is lost on you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
★ one million stars ★
in laurels since : 03/03/2018
textos reçus : 18
faceclaim : benjamin eidem (tyrell).
pseudo (prénom) : sliders.
age : vingt-sept ans.
civil status : plus ou moins enchaîné à kena wagner, suivant leurs humeurs.
studies/job : avocat junior, spécialisé en droit de la presse.

MessageSujet: Re: ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)   Dim 4 Mar - 15:32

Oh, merci. C'est gentil. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
★ the city lights are blinding ★
in laurels since : 12/01/2018
textos reçus : 177
faceclaim : barrueco ©balaclava (signature by ©astra)
pseudo (prénom) : oxymore (aaron)
multinick : none

age : twenty-five years old
civil status : single
studies/job : waiter at laurels road diner

MessageSujet: Re: ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)   Dim 4 Mar - 15:48

Donc je confirme y'a vraiment un truc chilling chez Caden pourtant c'est pas vraiment un méchant garçon mais il a l'air d'être le plus neutre des neurtres et ça le rend... moins humain, je sais pas trop comment l'expliquer en tout cas c'est un personnage complexe et très intéressant !
t'es validé, et je te souhaite un bon jeu parmi nous

_________________

b l a c k b e a u t y

you have no room for light,
love is lost on you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
★ one million stars ★
in laurels since : 03/03/2018
textos reçus : 18
faceclaim : benjamin eidem (tyrell).
pseudo (prénom) : sliders.
age : vingt-sept ans.
civil status : plus ou moins enchaîné à kena wagner, suivant leurs humeurs.
studies/job : avocat junior, spécialisé en droit de la presse.

MessageSujet: Re: ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)   Dim 4 Mar - 16:01

Je suis vraiment content de tes commentaires, parce que c'est ce que je voulais (humblement) dégager du personnage. Bref, donc le paris est réussi. Je te remercie de la validation ultra rapide ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)   

Revenir en haut Aller en bas
 
ceux-là sans savoir nous regardent passer. (caden)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
★ I'LL SPIT ON YOUR GRAVE :: join the cult :: Time to say hello :: Good game-
Sauter vers: