AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 say you can't live without me, so why aren't you dead yet?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
★ one million stars ★
in laurels since : 04/03/2018
textos reçus : 1
faceclaim : michael b. jordan (© lannisters)

MessageSujet: say you can't live without me, so why aren't you dead yet?    Lun 5 Mar - 0:56


isiah caldwell
Open books, not legs. Blow minds, not guys.
crédit dimpsandhoes@tumblr

identification complète. Isiah Caldwell, Benjamin et Odell étant ses second et troisième prénom. lieu et date de naissance. Isiah est né un treize février, il y a vingt-sept ans de cela, à Billings, la grosse ville à une vingtaine de minutes de Laurel. Il a vécu ici, à Laurel, pendant tout son enfance avant de partir pendant des années. Il ne pensait jamais remettre les pieds dans ce patelin un jour, et maintenant qu’il y est revenu, il a peur de ne plus jamais pouvoir en partir. D’être condamné à rester dans ce trou perdu qu’est le Montana. âge. Vingt-sept ans. boulot ou études. Il avait commencé des études, avant que tout parte de travers. Faute de mieux, il avait fini par s’engager dans l’armée. Après des années à servir, il est désormais à la recherche d’une éventuelle reconversion, lassé de voir les gens autour de lui construire leur vie quand lui la passe sur le front. situation familiale. hmm fucked up ? La famille Caldwell est l’extrême opposé de la famille parfaite vivant dans un joli pavillon derrière une clôture d’un blanc éclatant. Le père Caldwell est en prison depuis une quinzaine d’années désormais. Un petit voyou raté qui commettait larcin sur larcin, se faisait prendre la plupart du temps. Souvent relâché en conditionnelle, la justice américaine a décidé d’être bien plus sévère lorsque l’idée d’un braquage à main armé lui est passé par la tête. Récidiviste, il a pris vingt ans de ferme. Ses petits exploits au sein du centre pénitencier lui ont également valu un allongement de peine de quelques années. La mère est une addict. Alcool, cocaïne, héroïne quand elle arrive à mettre la main dessus, pilules en toute sorte, c’est une junkie qui ne s’est jamais vraiment occupée de ses enfants. Plus un poids pour la famille qu’un réel parent, ils se sont débrouillés sans elle dans leur éducation. C’est principalement la grande sœur d’Isiah qui a contribué à leur éducation, qui a fait en sorte de remplir le frigo aussi bien qu’elle le pouvait. Elle a quitté l’école avant d’être diplômée, enchaîné les petits boulots pour subvenir aux besoins de ses frères et sœurs. Elle payait tant bien que mal les factures (toujours en retard) et malgré tout le mal qu’elle se donnait – et l’argent qu’Isiah réussissait à se procurer ici et là – leur famille vivait bien en-dessous le seuil de pauvreté. Isiah a également un frère et une sœur plus jeune, des jumeaux qui ne se ressemblent en rien. Le premier ne faisait qu’amener des emmerdes au foyer, enchaînant les conneries et passant plusieurs fois par la case prison juvénile et la seconde se rêvant d’une vie ailleurs que dans cette famille, une vie dans les beaux quartiers d’une grande ville, loin de leur misère quotidienne. La petite princesse de la famille, celle qui faisait passer ses intérêts avant ceux de ses frères et sœurs. statut. célibataire. finances. $$, il a connu bien pire que sa situation actuelle, mais ne roule pas pour autant sur l’or. orientation sexuelle. hétérosexuel. plus grande qualité. Son cerveau, il a toujours été la tronche de la famille, le malin, celui qui comprenait tout plus rapidement que tout le monde, celui que tout le monde prédestinait à une grande carrière après un passage remarquée dans une prestigieuse faculté. Mais son caractère impulsif en a décidé autrement. plus grand défaut. Son insolence, cette manie qu’il a de sans cesse défier l’autorité, de prendre son interlocuteur de haut.

zodiac bundy cullen manson

prénom (ou pseudo) so high. + tu viens d'où france. + où as-tu trouvé le forum? par kena wagner et reyna ward. + tu es (x) un inventé - () un prélien - () un scénario.

la citation de ton choix
01. Il n’est pas le roc de sa famille, pas celui sur qui ses frères et sœurs se sont toujours reposés mais il a largement fait sa part pour aider cette famille à finir tant bien que mal les fins de mois au fil des années. Bien entendu, sa sœur ainée est celle qui a le plus sacrifié dans la famille, mais toutes les petites affaires qu’Isiah avait à droite et à gauche ont bien aidé à garder le navire à flots. Des combines toujours à la frontière de la légalité, mais des combines qui permettaient de mettre de la nourriture dans le frigo. 02. Il ne voulait pas aller à la fac Isiah, c’est suite à un pari perdu avec sa sœur qu’il a postulé pour diverses facultés pour lesquelles il a eu des bourses d’études complètes. Lui voulait travailler directement, trouver un job qui lui permettrait de contribuer aux dépenses du domicile familial, prendre soin de sa famille comme sa sœur le faisait si bien depuis des années. L’adaptation à l’université a été assez compliquée. Les gens étaient complètement différents de ceux qu’il avait l’habitude de fréquente, les codes étaient aussi. Le niveau scolaire attendu était également bien plus élevé que ce qu’il avait l’habitude d’affronter, pour la première fois, il ne pouvait plus se reposer sur ses lauriers, il devait réellement travailler pour avoir des résultats et il mit un peu de temps avant de l’accepter. Mais alors qu’il commençait finalement à s’intégrer à son nouvel environnement, les choses ont dérapé, salement. Sûr de lui, il contredisait une théorie qu’un de ses professeurs voulaient enseigner à ses étudiants. Renvoyé du cours et matière invalidée automatiquement pour le semestre, Isiah l’invectiva le soir même alors qu’il sortait de son bureau, demandant des explications. Quelques mots déplacés plus tard, il envoyait valsait son professeur d’un puissant crochet du droit. L’espoir de la famille, la tronche, venait de signer son exclusion de l’université et de sérieusement compromettre son avenir. 03. Perdu, n’ayant aucune idée de ce qu’il pouvait bien faire de sa vie et à la recherche d’un moyen de canaliser toute cette colère qui bouillait en lui, Isiah décida de s’engager pour l’armée. Un choix qui ne lui avait jamais effleurer l’esprit auparavant mais qui lui paraissait comme le seul envisageable sur le moment, la seule option à sa disposition, comme si aucun autre choix ne s’offrait à lui. Déployé principalement en Libye et en Afghanistan au fil des années, il s’est petit à petit fait à l’enfer que représentait ces guerres. Il a perdu un des meilleurs amis qu’il s’était fait au sein de son régiment, abattu lors d’un attentat suicide d’un enfant de six-sept ans, tout au plus. Servant dans l’armée depuis désormais presque huit années, il a décidé de raccrocher, persuadé qu’il était en train de passer à côté de sa vie en restant ainsi sur le front, à se battre dans des guerres interminables. 04. Retour à la case départ. Retour dans le trou perdu qui l’a vu grandir et retour à cette même question qui l’a déjà hanté à plusieurs moments bien distincts de sa vie : « qu’est-ce que je vais faire de ma vie ? ». Il va sûrement trouver un job dans un diner ou dans un garage, lui ce putain de potentiel gâché, ce gamin qui avait tout pour réussir et qui, comme ses parents, se retrouve à être un raté. Il a pendant un temps pensé à se reconvertir en tant que pompier, mais dans une ville comme Laurel, cela consiste principalement à aller chercher des chats en haut des arbres ou à réhydrater des petits vieux qui ont fait un malaise. Bien loin de l’action qu’il cherche, bien loin de cette adrénaline dont il a besoin pour avancer. 05. vrac. Son moment préféré de la journée est la première clope du matin. Il passait une grosse partie de son temps à arnaquer les gosses de riche quand il était à la fac. Ses soirées préférées sont celles qui sont supposées ne durer qu’un verre mais qui finisse en fermeture de bar. Il lui faut d’ailleurs inévitablement sa dose de junk food quand il est bourré. Il jouait au football quand il était plus jeune, c’était un sacré wide receiver, il aurait pu, là aussi, recevoir une bourse d’études pour ses aptitudes sportives. Aujourd’hui il se contente principalement de la boxe comme sport. Il aimerait bien reprendre le football mais n’a pas vraiment envie de jouer avec des ratés qui n’ont aucun niveau. Il a énormément de mal avec les gens fortunés, il pense sans arrêt qu’on va le prendre de haut étant donné la famille dans laquelle il a grandi. Sa famille, il l’aime plus que tout et il ferait tout pour eux, sans aucune exception. A ses yeux, le terme famille ne comprend que ses frères et sœurs, il considère ses parents comme morts. A tendance à se court-circuiter quand tout se passe bien dans sa vie, comme s’il avait besoin de se nourrir de chaos.
Si tu avais l'occasion d'anéantir ton pire ennemi, le ferais-tu? Tout dépend de l’ennemi en question, du type d’animosité entretenu, de la cause de l’embrouille. Cela pourrait aller du simple cassage de genoux à coups de batte de baseball jusqu’au meurtre pur et simple, après avoir pété un plomb, aveuglé par la rage (dans le cas où le pire ennemi ait touché à sa famille). On a tous des secrets, jusqu'où irais-tu pour protéger les tiens? Même si il aime bien garder tous ses secrets pour lui pendant un temps, Isiah finit toujours par se confier à quelqu’un, parce qu’il en a besoin, parce qu’il est incapable de gérer ses émotions seul, parce qu’il a souvent besoin de l’avis de ses proches pour connaître la marche à suivre. Alors pour protéger ses secrets, il n’irait pas bien loin. As-tu déjà été persécuté par quelqu'un? Certaines personnes ont essayé. Une fois, pas plus. Clairement pas du genre à se laisser marcher sur les pieds, Isiah n’a aucun problème à rentrer dans le lard des personnes qui le cherchent un peu trop. L’impulsivité est un de ses défauts les plus marquants, son professeur d’université peut en attester.

started from the bottom, now we're here
La partie la plus importante de la fiche de présentation, il s'agit de l'histoire. Vous pouvez la rédiger comme vous le souhaitez (anecdotes ou tout simplement sous forme d'histoire régulière). Cependant, nous demandons au moins 30 lignes, sachant que le cadre est relativement petit, ce sera assez simple à réaliser. Du coup, vous êtes libre de créer, à vos bloc notes. Bonne chance!

Code:
<taken>michael b. jordan</taken> ≻ <name>isiah caldwell</name>

_________________

    “and once the storm is over, you won’t remember how you made it through, how you managed to survive. you won’t even be sure, whether the storm is really over. but one thing is certain. when you come out of the storm, you won’t be the same person who walked in. that’s what this storm’s all about.”   haruki murakami
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
★ the city lights are blinding ★
in laurels since : 03/03/2018
textos reçus : 323
faceclaim : ...
pseudo (prénom) : ...
multinick : ...

age : ...
civil status : ...
studies/job : ...

MessageSujet: Re: say you can't live without me, so why aren't you dead yet?    Lun 5 Mar - 0:59

j'adore les gifs ** et un très bon choix de vava.
bienvenue à toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
★ one million stars ★
in laurels since : 03/03/2018
textos reçus : 42
faceclaim : olsen (morrigan).
pseudo (prénom) : LΛKHESIS.
multinick :

age : vingt-sept ans qu'elle mène son monde à la baguette.
civil status : she fell in love with her solitude.
studies/job : elle dépouille les filous tombant en pâmoison pour ses beaux yeux. mais en général, on la retrouve dans son salon de thé à tirer les cartes et jeter un oeil dans une boule de cristal.

MessageSujet: Re: say you can't live without me, so why aren't you dead yet?    Lun 5 Mar - 8:02

ce choix divin de bouille.
bienvenue parmi nous et courage pour ta fiche.

_________________
♡♡ Paint me a heaven of love with your bloodied mouth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
★ follow the lights ★
in laurels since : 04/11/2017
textos reçus : 385
faceclaim : natalia dyers@thinkky
pseudo (prénom) : poppies, lou
multinick : brookelle, la belle arnaqueuse

age : le cap de la vingtaine approche
civil status : comme si les soucis actuellement présent ne suffisaient pas
studies/job : serveuse au diner du coin

MessageSujet: Re: say you can't live without me, so why aren't you dead yet?    Lun 5 Mar - 15:38

bienvenue par ici

_________________

one, don't pick up the phone, you know he's only calling cause he's drunk and alone. two, don't let's him in, you have to kick him out again. three, don't be his friend, you know you're gonna wake up in his bed in the morning and if you're under him you ain't getting over him.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onyourgrave.forumactif.com
avatar
★ one million stars ★
in laurels since : 03/03/2018
textos reçus : 33
faceclaim : sophie skelton, freesia.
pseudo (prénom) : maclean. (ja)
age : twenty six. (07/03)
civil status : on-and-off with caden - pain in the ass - hoyt. should learn to love herself first.
studies/job : general practitioner and pediatrician, doctors without borders active member.

MessageSujet: Re: say you can't live without me, so why aren't you dead yet?    Lun 5 Mar - 17:53

bonjour vous

_________________
-- making fun of someone you're angry with is childish. be an adult, and hit them with your car.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
★ one million stars ★
in laurels since : 03/03/2018
textos reçus : 16
faceclaim : eiza gonzalez, @lumos solem.
pseudo (prénom) : jo.
age : twenty-six years old.
civil status : can't be bothered, too sexy for your shirt.
studies/job : high school counselor, reformed hbic.

MessageSujet: Re: say you can't live without me, so why aren't you dead yet?    Lun 5 Mar - 20:28

I KNEW IT WAS YOU.
hello there.

_________________
I'm a rolling thunder, a pouring rain, I'm coming on like a hurricane. My lightning's flashing across the sky, you're only young but you're gonna die, I won't take no prisoners, won't spare no lives, nobody's putting up a fight.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
★ the future is female ★
in laurels since : 10/01/2018
textos reçus : 269
faceclaim : cindy kimberly, neon cathedral.
pseudo (prénom) : wild thoughts. (ethanie)
multinick : sassy rhéane.

age : nineteen. curious coincidence. if only she knew.
civil status : what's that ? wtf ? are you kidding ? i suppose, i hope.
studies/job : high school queen, her crown on the floor.

MessageSujet: Re: say you can't live without me, so why aren't you dead yet?    Mar 6 Mar - 13:59

bienvenue à la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
★ the city lights are blinding ★
in laurels since : 12/01/2018
textos reçus : 177
faceclaim : barrueco ©balaclava (signature by ©astra)
pseudo (prénom) : oxymore (aaron)
multinick : none

age : twenty-five years old
civil status : single
studies/job : waiter at laurels road diner

MessageSujet: Re: say you can't live without me, so why aren't you dead yet?    Mar 6 Mar - 15:37

welcome et excellent choix de vava

_________________

b l a c k b e a u t y

you have no room for light,
love is lost on you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: say you can't live without me, so why aren't you dead yet?    

Revenir en haut Aller en bas
 
say you can't live without me, so why aren't you dead yet?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
★ I'LL SPIT ON YOUR GRAVE :: join the cult :: Time to say hello-
Sauter vers: