AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 ici tout l'monde déraille. (calypso)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
★ the future is female ★
in laurels since : 02/03/2018
textos reçus : 68
faceclaim : jorja, ©vert alligator.
pseudo (prénom) : spf, anaïs.
age : encore une enfant, dix-huit ans seulement.
civil status : encore saine et sauve.
studies/job : lycéenne dans le néant.

MessageSujet: ici tout l'monde déraille. (calypso)   Lun 12 Mar - 19:04


(ici tout l'monde déraille).

ce soir, y'a les vingt ans d'mon frère, t'as qu'à t'incruster. c'est comme ça qu'elle a été accueillie en cours, c'matin même. on sait comment la motiver pour les cours. comment la motiver pour l'reste de la journée. un but pour ces heures à venir. organiser le tout dans un coin de sa tête. prévoir une sorte d'emploi du temps. créneau pour se préparer. heure pour se barrer, aussi. elle passe même une bonne heure de maths a trouver sa tenue. essayer de savoir si tel ou tel fringue est chez elle, ou non. si elle ne l'a pas prêté a une pote. si sa soeur ne le lui a pas emprunté pour une durée indéterminée. finalement, y'a une image qui se forme dans un coin de sa tête. short en jeans. top basique. et veste en jeans. des baskets pour compléter le tout. ça semble pas mal. pas mal du tout. simple. mais efficace. c'est que trois heures plus tard qu'elle peut enfin se faufiler hors de l'établissement scolaire. qu'elle peut rentrer chez elle. sac balancé dans un coin de sa chambre, quelques gâteaux dans la main alors que l'autre sort les vêtements désirés de son armoire. le tout disposé sur son lit. en bordel. elle attend avant de se changer venus. elle doit montrer signe de vie à ses parents, avant d'se volatiliser en douce. comme souvent. comme trop souvent. maman dirait non. papa, il lui rirait au nez. alors quand la porte claque, elle descend. salue les quelques êtres vivants qui viennent peupler la maison maintenant. sa mère et sa soeur. quelques temps passés avec elles. jusqu'au moment où papa rentre. jusqu'au moment où le repas est servit. venus qui sera en retard ce soir. c'est une évidence. personne ne l'attend vraiment de toute manière. alors elle file dans sa chambre, dès qu'elle en a l'occasion. et change. vite. ferme sa porte à clés. comme à chaque fois qu'elle va dormir. vieille habitude pour avoir la paix. et elle ouvre sa fenêtre. heureusement qu'elle n'est qu'au premier étage. et comme souvent, elle saute. dans le vide. à peine une seconde avant que ses pieds ne rencontrent le sol. fermement. mains dans les poches. portable dans l'une d'elles, elle marche. rapidement dans un premier temps. pour que personne ne lui tombe dessus. pour que personne ne la repère vraiment dans l'obscurité de ce début de nuit. gamine qui finit par ralentir. qui s'approche. petit à petit de l'appartement où la soirée se déroule. quelques minutes après, y'a son doigt qui reste appuyé sur l'interphone. un long moment pour que quelqu'un l'entende. pour que quelqu'un lui ouvre. chose faite, elle se glisse dans l'immeuble. la musique qui parvient déjà à ses oreilles. sourire sur les lèvres quand ses yeux se posent sur un mot affiché à la va vite dans le hall. prévenir de ce qui allait arriver. du bordel qu'il y aura, cette nuit, dans l'immeuble. elle monte. les escaliers. y'en a trop. vraiment. elle voit même quelques personnes affalées dans celles-ci. ceux qu'il faut déjà quasiment enjamber. quasi inertes. ils ont commencés fort. elle entre. dans l'appartement. se glisse entre les corps. bar en ligne de mire. le premier verre, qui passe bien. vraiment bien. le second qui ne tarde pas. alors que son regard passe de corps en corps. de tête en tête à la recherche d'un visage familier. et c'est là qu'elle aperçoit calypso. à quelques mètres de là. venus, elle la connait, comme ça, à force de traîner dans ce genre de soirées. rien d'exceptionnel. des paroles échangées à chaque soirée, ou presque. alors elle comble ces quelques mètres. se pose aux côtés de la belle blonde. j'aurai du me douter que tu serais là ce soir. le ton amusé. le sourire aux lèvres. venus de bonne humeur. soirée qui promet, c'est tout ce qu'elle retient pour le moment. tu vas bien sinon ? son regard qu'elle plante dans le sien, son vulgaire gobelet en main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
★ one million stars ★
in laurels since : 06/03/2018
textos reçus : 56
faceclaim : alexis bb ren (fayrell|a) ( |s)
pseudo (prénom) : noémie
multinick : aucun

age : vingt années que tu vis sur cette terre
civil status : célibataire, adorant les relations sans attache
studies/job : tu t'étudies pas et tu ne travailles pas. Tu as tellement d'argent alors à quoi bon.

MessageSujet: Re: ici tout l'monde déraille. (calypso)   Dim 18 Mar - 10:02


Venus & Calypso
ici, tout l'monde déraille


tu étais conviée à une soirée ce soir. Et comme à ton habitude tu acceptais. Comme toujours. Toujours les mêmes paroles quand on t'invite. Parce que tu préfères être invitée qu'être évitée. Tu le sais bien. Et tu sais comment elle allait s'terminer cette soirée. Complètement bourrée. Te retrouvant avec des personnes malsaines, toxiques, que tu connaissais à peine. Il ne faut pas dire que tu ne cherchais pas aussi. Tu te retrouvais toujours dans des situations plus bizarres les unes que les autres. La veille, se demandant ce que tu avais bien pu faire. Et puis rebelote. Tu te retrouvais à une autre soirée le soir même. Cercle vicieux. Cercle dangereux. Une robe légèrement découverte au niveau d'une épaule ainsi que des talons hauts et tu étais prête à rejoindre les convives. À chaque fois tu te retrouvais perchées sur des talons et à chaque fois tu regrettais parce que tu avais mal aux pieds, que tu aurais préféré mettre une paire de basket bien confortable. … tu arrivais à l'appartement où avait lieu la fête. Tu remarquais aussi que tu étais une des premières à arriver. Après tout c'était tout le temps pareil. Toujours dans les premiers pour être dans les premiers bourrés. Quelle triste vie quand même. Le temps passe et tu avais déjà bu plusieurs verres. Parler avec certains gars. Certaines filles. Qui pouvaient te plaire ou inversement. Et c'est là qu'une tête qui t'est familière fit son apparition. Venus. Cette beauté. Tu ne la connaissais qu'à force de côtoyer des soirées, des fêtes, des boîtes. Elle était plus jeune que toi mais elle avait déjà un bel avenir devant elle. Quasiment toutes les soirées où tu y étais, elle y était aussi. «j'suis toujours partante pour faire la fête. Toi aussi à ce que je vois ». Tu ricanais légèrement. À force de la croiser, elle deviendrait une pote qui sait. «ça va bien comme toujours et toi? ». Tu allais toujours très bien quand tu avais de l'alcool dans le sang. Quand tu avais un verre et des bouteilles proches de toi. «mais dis moi, t'es venue seule ce soir ? » parfois tu la voyais accompagnée, parfois non. C'était un peu comme toi. Elle semblait seule ce soir, comme toi. Et ça c'est cool. «t'as quoi dans ton verre ? » disais-tu en regardant le gobelet qu'elle avait en main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ici tout l'monde déraille. (calypso)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
★ I'LL SPIT ON YOUR GRAVE :: laurels, montana :: laurels city center-
Sauter vers: